La « nouvelle génération » de salles de sport : progrès ou imposture ?

 

 

Vous savez naturellement faire la distinction entre un pressing et une laverie automatique :

 

dans un pressing vous confiez une mission de nettoyage à un prestataire de services qui se fait alors responsable de l’état dans lequel il vous rendra votre linge ; en entrant dans une laverie automatique, vous trouvez des machines mises à votre disposition pour laver vous même votre linge en libre-service, sous votre propre responsabilité.

 

 

Mais savez-vous faire la distinction entre un club de remise en forme traditionnel et une salle de sport qui fonctionne en libre-service ?

 

La différence de prestation de services est comparable à l’exemple qui précède, si ce n’est que la forme physique ne s’obtient pas automatiquement dans une salle de sport qui fonctionne en libre-service. Car seuls les pratiquants qui maîtrisent les techniques d’entraînement adaptées à leurs besoins et à leurs possibilités peuvent réellement progresser en toute sécurité sans l’aide d’un professeur.

 

 

Comment alors identifier les différents types d’établissement ?

 

En vous assurant que la salle est encadrée en permanence par un professeur et que vous allez bénéficier d’un suivi personnalisé. L’idéal est d’être renseigné directement par un professeur auquel vous pourrez poser des questions relatives à vos motivations, objectifs, difficultés personnelles, etc.

 

 

Et comment être certain de vous adresser à un professeur ?

La réglementation vous protège. Les professeurs qui encadrent une activité physique ou sportive contre rémunération ont l’obligation d’afficher leur diplôme et leur carte professionnelle à l’accueil. Si ce n’est pas le cas, vous ne vous adressez pas à un professeur mais à un commercial qui est là pour vous vendre un abonnement.

C’est légal mais, pour votre sécurité, il n’a pas le droit de vous conseiller sur la manière de vous exercer car il n’est pas titulaire d’un diplôme reconnu par l’Etat. Il ne peut que vous laisser livré à vous-même dans la salle, ce qui est considéré officiellement comme une mise à disposition de matériel.

Ce mode de fonctionnement, qui permet à la salle de sport d’économiser sur le personnel d’encadrement, est rarement précisé car il n’est pas vendeur.                                                

                                                                                                                                                          

Comme vous n’en avez pas été informé, vous allez naturellement demander des conseils à la personne disponible qui, si elle répond à vos attentes légitimes, le fera en toute illégalité. Cela revient à prendre des cours de natation avec une personne que vous croyez être maître nageur sauveteur, alors que celle-ci ne sait pas forcément mieux nager que vous.    

 

Quels sont les risques de la mise à disposition de matériel ?

 

En l’absence d’un professeur en salle, vous ne pouvez donc pas être corrigé si vous commettez une erreur technique par inexpérience, oubli ou inattention. Vous devez vous débrouiller seul avec le matériel.

Cela peut se traduire par l’absence du résultat souhaité et provoquer des blessures musculaires, articulaires ou tendineuses. C’est-à-dire exactement l’inverse de ce que vous pouvez obtenir avec un programme de remise en forme correctement guidé.

L’intensité de l’effort doit également être individualisée et surveillée, afin de prévenir les risques d’accidents cardiovasculaires.

 

 

 

La responsabilité civile d’un professeur est engagée, en cas de faute professionnelle qui vous occasionne une blessure. Dans le cadre d’une mise à disposition de matériel, c’est vous qui êtes responsable de vos actes et de leurs conséquences.

 

 

 

Salles de sport : un marché en mutation…

 

Le personnel d’encadrement et un équipement sportif de qualité représentent les postes de dépenses les plus importants d’un club de remise en forme. Ils sont également essentiels à votre sécurité, votre confort et votre progression. Ce sont les conseils d’un professeur et le matériel que vous utilisez qui conditionnent principalement la qualité de la prestation de services qui vous est proposée.

Mais, pour réduire les coûts, le libre-service se généralise dans les salles de sport, comme si les écoles se vidaient de leurs enseignants pour réduire leurs frais de fonctionnement.     

Soit il y a un professeur en salle, mais seulement à certaines heures, et le reste du temps la salle fonctionne en libre-service, soit il y a une personne en salle, mais ce n’est pas un professeur. 

 

 

L’absence d’un professeur en salle caractérise le libre-service en privant le pratiquant de toute intervention pédagogique.

 

Dans le premier cas, le pratiquant sait au moins qu’il est livré à lui-même quand le professeur est absent. Dans le second, c’est à tort qu’il est rassuré par la présence d’une personne en salle car il la prend naturellement pour un professeur.

Nous accueillons depuis quelque temps dans notre établissement des pratiquants qui nous expliquent qu’ils sont inscrits dans une salle de sport, dans laquelle les professeurs répondent à leurs demandes de conseils du bout des lèvres et refusent de leur établir un plan d’entraînement. Ces adhérents, qui se sont visiblement trompés d’adresse, sont surpris quand nous leur apprenons que les personnes qui travaillent dans cette salle ne sont pas des professeurs et n’ont, en conséquence, absolument pas le droit de leur donner de conseils.    

 

 

 

 

Les loueurs de matériel le savent et le personnel reçoit des consignes pour ne pas laisser de traces écrites de nature à constituer un élément de preuve d’exercice illégal de la profession d’éducateur sportif. Bien entendu, leur personnel n’est pas engagé en tant que professeurs mais comme agents d’accueil. La confusion est ainsi entretenue avec les clubs traditionnels, où les adhérents sont encadrés en permanence par des professionnels de la remise en forme. Dans ce type d’établissement, vous avez plus de chances d’obtenir de bons conseils auprès d’un autre adhérent expérimenté que du personnel lui-même.

 

Si, en visitant une salle de sport, la personne qui vous accueille vous expliquait que vous allez devoir vous exercer avec du matériel bon marché, sans l’aide d’un professeur, que vous ne serez pas corrigé si vous faites mal un mouvement, au risque de vous blesser, seriez-vous étonné des prix attractifs proposés ?

 

De plus, les loueurs de matériel n’ayant pas vocation à gérer leur clientèle sur le plan pédagogique, adoptent une politique d’offres promotionnelles quasi permanentes, conditionnée par des objectifs purement commerciaux de remplissage. Et, vu le nombre important d’adhérents, vous devez être patient pour pouvoir vous servir du matériel aux heures d’affluence.

 

 

Or quelle est la différence de tarif entre une salle de sport qui fonctionne en libre-service et un club de remise en forme traditionnel, où vous êtes encadré en permanence par un professionnel de la remise en forme ? Souvent moins de 10 euros par mois, si vous souscrivez un abonnement annuel.

 

Voilà la somme que vous économisez en vous privant de l’essentiel !

 

 

Si donc vous cherchez un club de remise en forme, soyez très vigilant sur la qualité de la prestation de services qui vous est proposée, notamment la disponibilité permanente d’un professeur en salle, afin d’évaluer si celle-ci correspond bien à vos attentes.

 

 

A RETENIR : N’importe quelle personne peut travailler dans une salle de sport, mais seul un professeur est habilité à vous conseiller. Vérifiez son diplôme et sa carte professionnelle qui doivent obligatoirement être affichés. Assurez-vous qu'il sera disponible aux heures où vous fréquenterez l’établissement et que sa prestation de services est bien comprise dans le prix de l’abonnement.    

 

                                                                                Eric Breteaux,

professeur de culture physique diplômé d’Etat